DIY mangeoire oizo (fin)

ayé ! malgré la migraine , j’ai terminé ce … truc phase antérieure

il m’aura donc fallu :

1 perceuse, des mèches plate à bois  (pour les trous des tenons)

1 scie electrique

des branches de pins

2 cutter tenon Veritas : 1 pouce et 2 pouces je crois : pour faire les branches en formes de chevilles aux extrémités, assez pratique …

1 planche pour le toit (à améliorer)

du fil de fer ou pris sur un vieux seche linge

un peu de colle à bois

1 bouteille en verre, 1 bouteille en plastique pour receptionner les graines.

1 sac de graines oiseaux nature, 1 entonnoir.

pour le toit , vu qu’une branche depassait, et que les deux autres étaient à peu près au même niveau, un trou de la taille de la branche et un demi trou à coté pour bloquer .

au sol, j’ai courbé un autre fil de fer épais pour en faire un crochet au sol, cause … mistral et gros oiseaux style autruche et tourterelles …

1 vis, un passe tube en laiton pour le goulot

prochaines photos : avec des zozios peut être …

 

Publicités

sur le chemin

21020181125.jpgil y a de la vie dans les collines ! malgré 6 mois sans pluie l’année dernière, je me suis retrouvé ce matin nez à nez ou pied à ventre avec un serpent, peut être 50 cm, il faut dire que pas loin il y a un canal, celui qui amène l’eau à Marseille, « la capitale », quoi ? moi je n’en connais pas d’autre de capitale dans mon pays … 🙂

 

après recherche il y a de forte chance que ce soit :

Rhinechis scalaris  

ou Couleuvre à échelons

Polissage d’un quartz

Polissage d’un quartz d’environ 300 à 400 g jusqu’au  grain 3000.

Pierre brute trouvée dans les collines de provence. hasard de la rencontre homme / pierre.

Taille effectuée avec une mini meuleuse style Dremel et des outils au carbure tungstene gros grain puis  en tête diamant fin , puis ponçage avec une ponceuse triangle et des disques abrasif (bosch) special pierre grain 600 puis polissage avec disques humides rond fixés à une perceuse bloquée  jusqu’au grain final. je manipule la pierre au lieu de l’inverse, enfin je fini à la pate metal et au disque en feutre. je nettoie pour enlever la pate coincée, et je peux dans un dernier temps nettoyer à l’acide chloryrique, sans m’en asperger dans la tronche …

là, je n’ai pas utilisé d’acide pour l’instant, je me tâte, on passe donc d’un quartz taillé blanc crayeux à une pierre polie translucide, mais malheureusement la pierre a eu des cassure et des brisure interne et on n’y peu pas grand chose , à part retailler jusqu’à trouver la tranche non abimée …

bougeoir en pierre minérale

 

pierre minerale trouvée brute et façonnée avec plusieurs outils.

 

meule grossière, ponceuse delta , dremel avec mini meule diamant, finition à la main jusqu’au grain 2000 (pas toujours ) , polissage au disque en feutre, pour le trou : perceuse avec cloche diamant et travail pour retirer la matière restante à la dremel .

 

pour savoir de quel mineraux il s’agit …  mystère, je ne sais pas … du quartz mais lequel … ?

seule pierre de ce type trouvée à des km à la ronde, trouvée dans un remblai et d’un ancien tunnel …

Éloigné

Un Mistral à tout casser seul au milieu de nulle part, 1600 mètres d’altitude, le froid renforcée par le vent , Le Chant étrange d un oiseau inconnu, le bruit du vent dans les arbres comme un hurlement de la nature,

Krishnamurti Dernier Journal

Vers le soir, quand le soleil couchant illumine l’ouest, l’arbre peu à peu s’assombrit, se referme sur lui-même. Le ciel est rouge, jaune, vert, mais l’arbre reste silencieux, retranché, il se repose pour la nuit.
9
Si vous établissez un rapport avec lui, vous êtes en rapport avec l’humanité. Vous devenez responsable de cet arbre et de tous les arbres du monde. Mais si vous n ‘êtes pas en relation avec les êtres vivants de la terre, vous risquez de perdre votre rapport à l’humanité, aux êtres humains. Nous n ‘observons jamais profondément la qualité d’un arbre: nous ne le touchons jamais pour sentir sa solidité, la rugosité de son écorce, pour écouter le bruit qui lui est propre. Non pas le bruit du vent dans les feuilles, ni la brise du matin qui les fait bruisser, mais un son propre, le son du tronc, et le son silencieux des racines. Il faut être extrêmement sensible pour entendre ce son. Ce n’est pas le bruit du monde, du bavardage de la pensée, ni celui des querelles humaines et des guerres, mais le son propre de l’univers.
Il est curieux que nous ayons si peu de rapports avec la nature, avec les insectes, la grenouille bondissante, et le hibou qui hulule d’une colline à l’autre, appelant un compagnon. Il semble que nous n’éprouvions pas de sentiment à l’égard de tous les êtres vivants de la terre. Si nous pouvions établir une relation profonde et durable avec la nature, nous ne tuerions jamais d’animaux pour nous nourrir, nous ne ferions jamais de mal aux singes, aux chiens ou aux cochons d’Inde en pratiquant la vivisection dans notre seul intérêt. Nous trouverions d’autres moyens de soigner nos blessures et de guérir nos maladies. Mais la guérison de l’esprit est tout autre chose. Cette guérison s’opère peu à peu au contact de la nature, de l’orange sur sa branche, du brin d’herbe qui se fraie un passage dans le ciment, et des collines couvertes, cachées par les nuages.