les jardins partagés

Je me suis pris qq mètres carrés en plus, si on fait des chemins pour son passage et le passage des voisin , bin … il reste beaucoup moins, alors j’ai négocié un peu plus.

comme c’est le début de l’aventure pour le village, les parcelles sont nues, on est loin des jardins ouvriers, juste un bornage minimal en début de parcelle, pas de contours définis.

je me suis trouvés un petit logiciel sous linux : open jardin, (linux et windows) j’ai juste défini le zonage, pas rempli encore les plantes, les semis, etc …

Sélection_002ça fait en gros 30 m², j’ai oublié les carottes, les aromatiques, mettre des pieds de lavandes, peut être des dahlias que j’ai de trop de chez moi, et va bien falloir que je commence les semis ici dans un coin … les pomme de terre ont été mise à germer, mais pas de germes pour l’instant  …

2 type de betteraves, 2 types de pomme de terre, 2 type ou 3 de courges, j’ai oublié les choux, première fois que je vais planter des haricots d’espagne, j’ai qq belles graines de capucines, bref … tout un projet  … faudra juste que ma santé me permette de tenir tout ça et j’aimerai bien créer un site web pour que la trentaine de participants partagent leur expérience, mais c’est pas gagné … entre mon caractère et le fait que je connaisse encore personne, sauf 2 ou 3 que j’ai aidé l’autre fois pour les taches partagées.

 

 

Publicités

marches

untitled_pregamma_1_dxrago_bias_0.85_resultat1

pourquoi m’as tu fais créature
faible à en mourir
mer immense perdu en son vide
je suis l’intérieur à jamais ouvert

sans place racheté au néant
j’immerge mon ame broyée
jusqu’au large sourire noir
de mon avenir hagard de mon sang

il n’y a plus de larve d’espoir
jusqu’au sombre dédale de l’irréel
la foret nocturne de mon ame éternelle
déborde les nuits obscures du dehors

mortes nuits de l’extase atrophiée
j’implore ce qu’il reste du dedans
l’enfer écarlate d’un territoire déchiré
brûlant les chairs des martyrs délirants

dans l’oeil unique d’un regard emporté
un impossible paraître mort-né agonise
l’avenir sans éclore toujours m’étouffe

fleuris toujours mon ame en ce sombre gisant
je marche pleurant ma dernière enveloppe
au vent des tempêtes hurlantes
solitaires douleurs du cyclope

untitled_pregamma_1_dxrago_bias_0.85_resultat1.jpg