repos du dimanche : fibromyalgie

Je me lève, mal à la tête, dos qui tire, nuque, derrière du crane: effort du fibromyalgique, qu’est ce que j’ai fait ?
oui je n’y pensais plus , j’ai taillé un bout de haie hier en fin d’après midi, pour moi j’allais bien, la fibro, elle dit : je t’oublie pas !
forcément tu prends le taille haie , les muscles du dos travaillent et ces derniers temps le stress a tordu et retordu les muscles entre les omoplates, exactement là où tu peux pas masser tout seul … stress du nouveau travail, des entretiens d’embauche …
je voulais qu’il y ai plus de place pour ma tite nièce, pour le fauteuil roulant, et que ma soeur puisse rentrer la voiture au plus près dans la cour … elle doit porter une enfant de 8 ans qui ne peut marcher et se tenir debout …
pour mon dos et mes douleurs, faudrait que j’invente un outils pour se masser le haut du dos avec un galet bien lisse, j’en utilise un déjà avec la main, ça glisse sur l’huile de massage et ça prend la chaleur, mais entre les omoplates, j’ai pas des bras extensibles …
donc le choix : paracétamol ou cachetons pour la migraine ?
j’ai déjà chauffé le dos avec la lampe infra rouge, que faire d’autres, j’embaume déjà la lavande …
repos forcé du dimanche et petit exercice avec le gros ballon …
fibromyalgie de merde … je vais donc préparer mes semis : fleurs, courges, pois etc …
se reposer pour être en forme lundi, assurer dans mon nouveau travail …
faire qu’un contrat interim se transforme en cdi, ça serait cool … sortir de la pauvreté …

Publicités

Se torturer soi-même

En une semaine 4 entretiens d’embauche , dans 3 dans la même journée de quoi faire exploser le circuit intérieur d’un fibromyalgique, le lendemain d entretien faire son premier jour en intérim être présenté à toute la société passer de bureau en bureau en ayant déjà le stress de savoir quelles sont les tâches qu’on doit me confier devoir assimilé connaître trois étages le fonctionnement informatique d’une structure et s’imprégner de la culture de la société en question . de quoi largement détruire le système neuro-végétatif du fibromyalgique les muscles tirent depuis le haut du dos jusque au crâne puis jusque aux orbites c’est le vendredi et ta tête va bientôt exploser bien sûr tu as la gueule de celui qui a l’air de tirer la tronche et ça handicap dans ton travail, pour celui qui en plus est un espèce d’homme des bois, rencontrer autant de monde en une fois c’est comme se prendre un boulet de canon dans la gueule et qui traverse jusque dans le dos. le travail c’est bien mais je crois que le stress va me tuer petit à petit et puis de toute façon qu’importe on crève quand même. La douleur et la torture invisible et on doit garder le sourire.
Enfin aujourd’hui je suis allé faire le plein de huile essentielle de lavandin pour que ma chambre embaume la lavande et que je puisse m’en oindre le dos et le bas du dos seul petit régal au milieu de ce magma d’émotions et de stress qui est aussi pointu que des balles de mitrailleuse gros calibre , la souffrance à l’état pur la douleur physique incontrôlée, vivement lundi que petit à petit je m’imprègne de la culture de cette nouvelle société et que le stress retombe pour devenir enfin un peu plus moi-même. vivre en étant un autre c’est vraiment chiant mais la nature est ainsi faite quelle est la méthode pour se révéler à soi-même et se dépasser ? Et d’ailleurs pourquoi se dépasser puisque j’en ai rien à foutre,  pour moi il y en a pas . être comme on est et le Destin vous emporte aussi loin que la terre peut traverser l’univers.

Partager: Se Liberer Du Connu

Nous avons, pour la plupart, perdu le contact avec la nature, La civilisation nous concentre de plus en plus autour de grandes villes ; nous devenons de plus en plus des citadins, vivant dans des appartements encombrés, disposant de moins en moins de place, ne serait-ce que pour voir le ciel un matin ou un soir. Nous perdons ainsi beaucoup de beauté. Je ne sais pas si vous avez remarqué combien peu nombreuses sont les personnes qui regardent le soleil se lever ou se coucher, ou des clairs de lune, ou des reflets dans l’eau.
N’ayant plus ces contacts, nous avons une tendance naturelle à développer nos capacités cérébrales.
Nous lisons beaucoup, nous assistons à de nombreux concerts, nous allons dans des musées, nous regardons la télévision, nous avons toutes sortes de distractions. Nous citons sans fin les idées d’autrui, nous pensons beaucoup à l’art et en parlons souvent. A quoi correspond cet attachement à l’art? Est-ce une évasion? Un stimulant. Lorsqu’on est directement en contact avec la nature ; lorsqu’on observe le mouvement de l’oiseau sur son aile ; lorsqu’on voit la beauté de chaque mouvement du ciel ; lorsqu’on regarde le jeu des ombres sur les collines ou la beauté d’un visage, pensez-vous que l’on trouve le besoin d’aller voir des peintures dans un musée ? Peut-être est-ce parce que vous ne savez pas voir tout ce qui est autour de vous que vous avez recours à quelque drogue pour stimuler votre vision.

pro fond’heure

droit vers des profondeurs
lame vague noire perce
des magmas noyés sanglant mon coeur
d’océans antédiluvien immense blessure
l’ombre traverse
jusqu’au cimetière de mon ame
couchée là à jamais
qui ne se lève plus
soleil mort des profondeurs
et les poumons espèrent
encore une seconde la renaissance
tout est froid
de flamme éteinte
mais l’espoir démembré
comme une carcasse juste après un baiser
tranché net
ouvrant les profondeurs
d’un désespoir préhistorique
et la noirceur enfonça ses crocs de bêtes
dans mon cou innocent
et je vois cette rivère rouge
et je ne peux plus appeler
juste là, les profondeurs

insaisissables

les pierres du chemin

p8129058_resultat1

 

eeee vouai , comme les caillous que pole emploi te fout dans les pattes, ça y est le controle commence, il te propose jamais des emplois mais le controle ça y va, bien sur ça ne s’apelle pas de l’accompagnement, non c’est du controle…

passé un entretien ce jour, réponse probable lundi, dans un établissement privé catholique, j’aime les improbabilités …

why not si c’est ok ?

mais franchement … je n’ai plus d’espoir …

et la maladie revient à petit pas, comme si j’avais reçu un coup de batte de base-ball dans la gueule ou derrière la nuque, sonné, why ? où ai je déconné ? dieu me punit ? lol

je n’ai plus qu’à attendre et aller voir cette saleté de médecin, j’avais éviter sa visite depuis plus d’un an … on n’échappe pas aux vampires …

attendre que la force reviennent et pouvoir à nouveau marcher sur les caillasses qui rendent libre …

complètement HS depuis qq jours, super pour passer un entretien d’embauche aussi, toutes les chances de mon coté … mais qui sait , juste à coté d’une cathédrale, les voix du seigneur sont impénétrables, mis à part sur les chemins de croix ?

depuisraw1_resultat2 p8202366b_resultat1

Partager: Solitude et destin CIORAN

Chacun porte son destin sans que personne d’autre ne puisse en assumer la responsabilité ; de même, on est seul dans la douleur, sans que personne d’autre ne puisse l’endosser à notre place. Celui qui s’est pris pour le rédempteur des hommes faisait plus que s’illusionner quand il croyait pouvoir racheter leurs péchés ou se charger de leurs souffrances. Sommes-nous plus heureux aujourd’hui parce qu’il s’est sacrifié pour nous ? Le salut ? Mais le salut est une illusion, une impossibilité. La conception chrétienne de la douleur est pleine d’illusions, car souffrir pour les souffrances du monde est aussi inefficace que se réjouir pour les joies du monde. Le christianisme n’a pas compris ceci : on ne peut pas souffrir à la place d’un autre et il est inutile d’essayer de tirer l’homme de la solitude de la douleur.

(Moon+ Reader v3.0, Solitude et destin) CIORAN
—————
C’est vrai quoi …
Pour contrer CIORAN il faudrait lui opposer Levinas mais j’en ai pas sous la main, le face à face à l’autre, le visage, la souffrance et l’ autre, etc…
Pour que le salut il aurait fallu que l’humanité partage et soi au plus près de l’autre, mais un fossé sans fond partage les humains entre chaque humains quand bien même, la compassion serait notre religion à tous …

Partager: Solitude et destin’ CIORAN

Confesser sa souffrance n’a de valeur que si, derrière les lignes, on parvient à faire voir l’homme qui écrit pour ne pas crier. On peut inventer ou plagier dans n’importe quel domaine, sauf dans celui-ci. De ce fait, tout ce qu’affirment les confessions de ce genre est parfaitement valable. Le principe de la contradiction dans une pareille complexité ? La systématique ? Mais qui oserait écrire une systématique de la douleur ? Toutes les formules bien mises au point et la lecture de dix bibliothèques ne valent pas une intense expérience de la douleur.

La maladie révèle le sens authentique de la douleur aux sentimentaux et autres esthètes qui ne la connaissaient que superficiellement. Ceux qui prennent les petits tracas de la vie pour des souffrances, ceux qui donnent trop d’importance aux contradictions et aux inquiétudes spirituelles liées à l’instabilité et aux incertitudes de l’âge, ceux qui se disent tourmentés bien qu’ils ne soient pas obsédés par la mort, tous ceux-là sont des esthètes en matière de douleur parce que, loin de souffrir en permanence jusqu’au tréfonds de leur être, ils s’exagèrent des ennuis passagers et accidentels avec une fantaisie livresque sans déterminant sérieux.

(Moon+ Reader v3.0, Solitude et destin) CIORAN

Partager: Solitude et destin,CIORAN

Pourquoi la douleur existe-t-elle ? Il serait absurde de répondre que son apparition et son existence sont justifiées parce qu’elle permet de comprendre le monde. Si la connaissance ne peut être que douloureuse, n’importe qui sera prêt à y renoncer. Au départ, la douleur n’a pas une aussi noble finalité ; c’est par la suite que se réalise la purification, qui n’était pas prédéterminée. La douleur existe en raison du caractère irrationnel, bestial et démoniaque de la vie, cette espèce de tourbillon s’engloutissant dans sa propre tension. Elle est une négation de la vie, qui la recèle dans sa structure immanente. Le caractère démoniaque de la vie implique une tendance à la négativité, à la destruction, qui entrave et grignote l’élan de l’impérialisme vital. Contrairement à d’autres formes d’auto-destruction de la vie, celle qui est commandée par la douleur développe fortement la conscience (d’ailleurs, celle-ci est toujours intensifiée par la souffrance). Parce que le principe démoniaque lui est immanent, la vie n’est pas susceptible d’une profonde purification, d’une spiritualisation qui dévierait ses orientations vers un plan idéal. Si elle est une immense tragédie, c’est uniquement à cause de cette immanence démoniaque. Ceux qui la nient et vivent enivrés par l’arôme des visions paradisiaques montrent qu’ils sont organiquement incapables de s’approcher consciemment des racines de la vie ou, au contraire, qu’ils ne s’en sont pas détachés pour avoir la perspective du drame des profondeurs.

(Moon+ Reader v3.0, Solitude et destin) CIORAN