Avant notre air

Marrakech : deux filles en prison pour s’être embrassées http://www.bladi.net/marrakech-filles-prison-homosexualite,46567.html

Publicités
par univerzoro Posté dans humeur

CIORAN: Exercices négatifs

ÉTATS DE DÉPENDANCE156

Il y a tel état de santé : vous enregistrez la moindre variation de température : fait-il humide ? chaud ? vos nerfs sont comme du linge tordu : vous êtes flasque, déliquescent, moisi ? vous êtes figé, une douleur sourde s’installe dans votre corps. À tous les degrés, vous ressentez cette pesanteur sur le cerveau qui accompagne et l’inaction et l’effort. Les nuages comme l’azur, le brouillard comme la limpidité déterminent de même les nuances du ciel et de vos humeurs. Le sirocco ainsi que la bise vous suggèrent des idées de crime, comme si le vent portait des poignards : si vous ne tuez, pas c’est lui qui vous tue ; il vous traverse pareil à mille lames… Vous ne serez jamais libre : la nature n’aura aiguisé vos sens que pour vous rendre son esclave ; et vous subirez ses changements et caprices, ses saisons, – ses maladies, – comme si vous aviez pris sur vous les fautes, les péchés de son inconscience : vous l’expiez. C’est la terreur du climat… Il n’y en a pas de pire, si ce n’est celle de la misère… Même dépendance : mais ici les hommes remplacent les saisons… Vous êtes en fonction de chacun d’eux : toujours la requête à la main, toujours à épier leurs mouvements et la gamme de leur dureté. Vivre dans la misère sans vocation de mendiant, est-il destin plus sinistre ? Si, au moins, on pouvait demander l’aumône à une autre espèce ! Mais s’humilier devant la figure de ces singes, sourire à ces ouistitis vêtus, chanceux, infatués ! être à la merci de ces caricatures indignes du mépris ! C’est la honte de solliciter quoi que ce soit qui excite l’envie d’anéantir cette planète, avec toutes ses hiérarchies et toutes les dégradations qu’elles provoquent. La société n’est pas un mal, elle est un désastre. On s’y souille à chaque moment : et c’est un miracle qu’en en respirant l’air on puisse vivre encore. Lorsqu’on la contemple, entre la rage et l’indifférence, il devient inexplicable que personne n’ait pu en démolir l’édifice, qu’il n’y ait pas eu jusqu’à présent [plus] d’esprits de bien, désespérés et décents, pour la raser et en effacer la trace

(CIORAN, Exercices négatifs)

par univerzoro Posté dans humeur

Partager: Exercices négatifs

L’éternité est trop infime pour nous guérir de la plaie d’être… Au lieu de nous abandonner à une convalescence oisive, nous nous exténuons, idolâtres de l’efficacité. Plus de titres au désœuvrement… Depuis qu[e]153 [le désœuvrement] fut proscrit par les religions, l’humanité s’engagea officiellement dans la chute. L’action, – mère de tous les vices… : au mal dispensé par les affairés, les fainéants seuls font contrepoids.

L’éducation est le signe du Péché, comme la civilisation en est la mise en œuvre. S’il n’y avait sur la terre quelques isolés à qui répugne l’abjection et la sueur, quelques amoureux du bonheur d’être las, quelques excédés d’agir, la vie offrirait le spectacle d’une folie nauséabonde.

Viendra-t-il jamais le véritable Sauveur pour délivrer les vivants de la hantise du but, pour leur apprendre à se réjouir de leur non-sens ? Viendra-t-il un jour les affranchir de la terreur de l’acte ? Et quand commencera l’ère de la passivité, de la décomposition dans un marasme béni

CIORAN, Exercices négatifs)

par univerzoro Posté dans humeur

allo y a personne ?

chui tallé à la piscine cet aprem, et voilà encore cette toux à la con, huiles essentielles d’eucalyptus, de thym, de ravensara, etcetera …
saloperie de détritus de corps humain …
halloween, fète des morts, toussaint, tousser, tout ça pourquoi bordel ?
je me posais cette question quand je nageais, passant entre deux femmes en maillot
moi je nages, je nage de plus en plus vite pour retrouver ma solitude au devant de moi
j’ai mal ce soir, douleurs musculaire, dormir, fatigue fatidique mais rien n’y fait
je veux être mort demain, 1er novembre, première fois où j’ai embrassé … tu sais quelle poison de femme … n’est ce pas
encore plus mort qu’aujourd’hui, mais elle m’avait réveillé pour mieux m’assassiner
suis je dans l’obscurité ? pour toujours ?
j’y suis
pour de bon
s’allonger pour refaire vivre les muscles raidis
être mort toute la journée le 1er, marqué ça dans mon agenda
puis faudra ramener une fois de plus cette saloperie de voiture au garage, fuck !
travailler pour payer du vide
travailler pour rencontrer des gens, travailler pour fuir les gens, travailler pour se dire que si toute chose est égale alors …
… putain de logique et de raison hystérique
alors tout se vaut, vache , cochons …
bon, un petit massage solitaire de lavande, de gaultherie avant de sombrer dans le délire vampirique de l’abominable dame fatigue et douleurs
que les enfers m’engloutissent, je l’ai bien mérité !
pourquoi t’es né , pourquoi t’es pané, pourquoi tes morts, et toujours affreusement vivant … ? oui, pourquoi ?alors ferme ta gueule gros con, bourgeois vivant dans l’opulence de la paix et de l’obsolescence programmée, c’est le début du mois, déclaration pole emploi et il me reste 1000 euros. travailler, être chomeur et rester pauvre, c’est pas ça le communisme ? partager le même sort pourris d’un réfigié ? moi je me réfugis dans le cloisonnement nasal d’un sous marin en train de sombrer dans l’abysse volontaire de sa destinée …

amen … and fuck !