légions

jules

Et ils arrivèrent sur l’autre rive de la mer, dans le pays des Géraséniens.
Et lorsqu’il fut sorti de la barque, vint à lui de l’intérieur des tombeaux un homme possédé d’un esprit impur,
lequel avait son habitation dans les tombeaux, et personne ne pouvait plus le garrotter même avec une chaîne,
car souvent il avait été garrotté avec des entraves et des chaînes, et il avait mis en pièces les chaînes et broyé les entraves, et personne n’avait la force de le dompter ;
et constamment, nuit et jour, il se tenait dans les tombeaux et dans les montagnes, poussant des cris et se frappant lui-même à coups de pierres.
Et ayant vu Jésus de loin, il accourut et l’adora,
et ayant jeté un grand cri, il dit : « Qu’y a-t-il de commun entre moi et toi, Jésus, fils du Dieu très haut ? Je t’en adjure au nom de Dieu, ne me torture pas. »
En effet il lui disait : « Esprit impur, sors de cet homme ; »
et il lui demandait : « Quel est ton nom ? » Et il lui dit : « Mon nom est *légion*, car nous sommes plusieurs. »
Et il lui adressait beaucoup de sollicitations afin qu’il ne les envoyât pas hors du pays.
Or il y avait là près de la montagne un grand troupeau de pourceaux au pâturage ;
et ils le sollicitèrent en disant : « Envoie-nous dans ces pourceaux, afin que nous entrions en eux. »
Et il le leur permit, et les esprits impurs étant sortis entrèrent dans les pourceaux, et le troupeau se rua en bas du précipice dans la mer, au nombre d’environ deux mille, et ils furent submergés dans la mer.
Et ceux qui les faisaient paître s’enfuirent, et ils portèrent la nouvelle dans la ville et dans les campagnes, et on vint voir ce qui en était de l’événement.
Et ils viennent vers Jésus, et ils voient le démoniaque assis, vêtu, et raisonnable, lui qui avait eu la légion, et ils furent saisis de terreur.
Et les témoins leur racontèrent comment les choses s’étaient passées pour le démoniaque et les pourceaux ;
et ils se mirent à le solliciter de sortir de leur territoire.
Et comme il montait dans la barque, celui qui avait été démoniaque le sollicitait afin de rester avec lui ;
et il ne le lui permit pas, mais il lui dit : « Va-t-en dans ta maison auprès des tiens, et rapporte leur tout ce que le Seigneur a fait pour toi, et combien Il a eu compassion de toi. »
Et il s’en alla, et il commença à proclamer dans la Décapole tout ce que Jésus avait fait pour lui ; et tous étaient émerveillés.

(Marc 5:1-20)

Publicités
par univerzoro Posté dans pensée