toile dévétu

 

 

sourires expressions plates
des vers intestins
aux amitiés scélérates
dans ton coeur dans tes mains
le baiser de judas
pestilence des lumières anonymes
chaque mot au bout des doigts
dilués dans la foule des crimes
chaque seconde électrique

un poignard enfonce la mort
étrange pouvoir qui te fliques
te transperce comme un matador
c’est ton sang absorbé par les vers
sur cette toile aux araignées démentes
digérés finir comme la fiente
dilué en déchets de l’univers

Publicités

4 commentaires sur “toile dévétu

    • du nu artistique, mais ce ne serait pas un grand succès 🙂 , je préfère le nu de la pensée car au fond de cette « nudité » il y a toujours un miroir perdu qui réfléchit une image improbable du mot voilé et dénudé, une ambivalence qui attirera toujours l’oeil même si cet oeil est un étrange insecte comme attiré par une lumière qui peut être nie elle même aussi son existence de lumière et qui croit être un reflet, le mot est le souffle qui allume et éteint la lumière. bref, un genre de truc comme ça, pour d’autre on peut remplacer le mot par l’image , la photo, la peinture, la sculpture et l’effet sera le même, un trou noir qui spirale l’énergie , qui créé et détruit dans l’ambivalence le premier regard pour en dévoiler la nudité et l’étrange obscurité de la vision.

      J'aime

      • Oui… tu n’es pas en train de muer… cafard ??? 😀 J’adore te lire même que suis incapable de tout comprendre ! 🙂 Bonne nuit ver solitaire 😀 Merci tes écrits !!! Allez, je te bise.

        J'aime

      • 🙂 ça serait du kafka là !? scène mythique de « la métamorphose », je vérifierai tous les jours, ça devrait passer si je prends beaucoup de thé avec du miel … 🙂 bise …

        J'aime

Les commentaires sont fermés.