valves inondées

4

cette lutte immonde pour respirer
être la tempête d’un calme profond…
tranché de haut en bas et en travers je saigne, tout le temps, bouillir d’inertie sauvage, rien ne bouge , tout est mort, et je te déteste, folie de la raison, du vide rectangulaire, d’un cercueil, je suis là le cerveau écrasé.

MutaGen71FA2C2398bB6409402D4~l.jpg
tout ce que je vois est transparent, sans intérêt, solitude bénie, allergie à ce qui est humain, je suis la bête morte, tapie dans la douleur d’une âme ravagée avec ce corps détruit, je te hais toi qui est là, tout s’accumule.inerte, mort, vivant du tranchant plongeant dans mes yeux déchirés.
ne plus voir, ne plus sentir, t’attendre, et te rejeter.
pose toi sur moi à m’étouffer et surtout ne t’approches pas, je suis intouchable. je suis enterré, je suis transpercé par toi comme un malheur, des éclats de bombes traversant mes artères. pourquoi être à te dire ces mots puisque je ne veux pas que tu lises, vas t’en ! fuis, fuis la peste !

Overgrowth 55869~,.jpg

terrible repaire , tu ne trouves que la mort. la gangrène, je suis la gangrène, décomposition atroce, absurde, sans but, je n’ai pas peur de ce vide, ce vide plein de trop voir, trop entendre, trop d’overdose émotionnelle, ils te voudraient mort pour que tu leur appartiennes, vivant je peux encore me battre pour fuir à l’infini du désespoir, pour regarder cette tombe grise qui sourit au coeur de l’orage froid de mon éternelle destruction

greed_by_talesofnightwing-d77597l

… ravage essentiel qui me fait survivre encore dans la douleur totale du vivant, je peux respirer les poumons ouverts et rougis de blessures quotidiennes.Hurlements, respirations … souvenirs acides, je vomis mon être entre les machoires  de mon squelette ancien, non mort, en souffrance luciférienne, j’observe dans l’obscur refuge de ces yeux gangrenés de pourriture …

 

Publicités