Partager: Bergson Oeuvres completes (Ann

. Nous disions plus haut qu’au fond de l’obligation morale il y a l’exigence sociale. De quelle société s’agissait-il ? Était-ce de cette société ouverte que serait l’humanité entière ? Nous ne tranchions pas la question, pas plus qu’on ne le fait d’ordinaire quand on parle du devoir de l’homme envers ses semblables. On reste prudemment dans le vague. On s’abstient d’affirmer, mais on voudrait laisser croire que la « société humaine » est dès à présent réalisée. Et il est bon de le laisser croire, car nous avons incontestablement des devoirs envers l’homme en tant qu’homme (quoiqu’ils aient une tout autre origine, comme on le verra un peu plus loin), et nous risquerions de les affaiblir en les distinguant radicalement des devoirs envers nos concitoyens. L’action y trouve son compte. Mais une philosophie qui ne met pas l’accent sur cette distinction est à côté de la vérité ; ses analyses en seront nécessairement faussées. En fait, quand nous posons que le devoir de respecter la vie et la propriété d’autrui est une exigence fondamentale de la vie sociale, de quelle société parlons-nous ? Pour répondre, il suffit de considérer ce qui se passe en temps de guerre. Le meurtre et le pillage, comme aussi la perfidie, la fraude et le mensonge ne deviennent pas seulement licites ; ils sont méritoires. Les belligérants diront comme les sorcières de Macbeth :

Fair is foul, and foul is fair.

Serait-ce possible, la transformation s’opérerait-elle aussi facilement, générale et instantanée, si c’était vraiment une certaine attitude de l’homme vis-à-vis de l’homme que la société nous avait jusque-là recommandée ? Oh, je sais ce que la société dit (elle a, je le répète, ses raisons de le dire) ; mais pour savoir ce qu’elle pense et ce qu’elle veut, il ne faut pas trop écouter ce qu’elle dit, il faut regarder ce qu’elle fait. Elle dit que les devoirs définis par elle sont bien, en principe, des devoirs envers l’humanité, mais que dans des circonstances exceptionnelles, malheureusement inévitables, l’exercice s’en trouve suspendu. Si elle ne s’exprimait pas ainsi, elle barrerait la route au progrès d’une autre morale, qui ne vient pas directement d’elle, et qu’elle a tout intérêt à ménager. D’autre part, il est conforme à nos habitudes d’esprit de considérer comme anormal ce qui est relativement rare et exceptionnel, la maladie par exemple. Mais la maladie est aussi normale que la santé, laquelle, envisagée d’un certain point de vue, apparaît comme un effort constant pour prévenir la maladie ou l’écarter. De même, la paix a toujours été jusqu’à présent une préparation à la défense ou même à l’attaque, en tout cas à la guerre. Nos devoirs sociaux visent la cohésion sociale ; bon gré mal gré, ils nous composent une attitude qui est celle de la discipline devant l’ennemi. C’est dire que l’homme auquel la société fait appel pour le discipliner a beau être enrichi par elle de tout ce qu’elle a acquis pendant des siècles de civilisation, elle a néanmoins besoin de cet instinct primitif qu’elle revêt d’un si épais verni. Bref, l’instinct social que nous avons aperçu au fond de l’obligation sociale vise toujours — l’instinct étant relativement immuable — une société close, si vaste soit-elle. Il est sans doute recouvert d’une autre morale que par là même il soutient et à laquelle il prête quelque chose de sa force, je veux dire de son caractère impérieux. Mais lui-même ne vise pas l’humanité. C’est qu’entre la nation, si grande soit-elle, et l’humanité, il y a toute la distance du fini à l’indéfini, du clos à l’ouvert. On se plaît à dire que l’apprentissage des vertus civiques se fait dans la famille, et que de même, à chérir sa patrie, on se prépare à aimer le genre humain. Notre sympathie s’élargirait ainsi par un progrès continu, grandirait en restant la même, et finirait par embrasser l’humanité entière. C’est là un raisonnement a priori, issu d’une conception purement intellectualiste de l’âme. On constate que les trois groupes auxquels nous pouvons nous attacher comprennent un nombre croissant de personnes, et l’on en conclut qu’à ces élargissements successifs de l’objet aimé correspond simplement une dilatation progressive du sentiment. Ce qui encourage d’ailleurs l’illusion, c’est que, par une heureuse rencontre, la première partie du raisonnement se trouve être d’accord avec les faits : les vertus domestiques sont bien liées aux vertus civiques, pour la raison très simple que famille et société, confondues à l’origine, sont restées en étroite connexion. Mais entre la société où nous vivons et l’humanité en général il y a, nous le répétons, le même contraste qu’entre le clos et l’ouvert
Les deux sources de la morale et de la religion
(Moon+ Reader v3.0, Bergson Oeuvres completes (Ann)

par univerzoro Posté dans pensée

dors !

c’est quoi ce film de SF où tout le monde s’endort et change de vie ?
ha oui, dark city
plus que 5h30 de sommeil, mais je ne dors pas …
demain affronter une nuée d’élèves, d’ordi, de tablettes …
dormir
5h00 de sommeil
ne rien oublier
les clefs, le tel, la bouffe,
la france qui se lève tot et qui gagne peu
je fais mes 40 h cette semaine et pourtant j’ai moins qu’un smic, mais j’ai des vacances , les autres aussi …. où est l’arnaque ?
il y a le plaisir de la tache et l’utilité de la fonction, et la diversité
l’argent de ce bas monde
la brièveté des choses, la vanité du temps
la folie des hommes
reste l’échange, les visages, l’instant, l’espoir et la déception
que perds tu chaque seconde ?
où se perd la durée ?
contre quoi luttons nous et qui est perdu d’avance, et pourquoi l’espoir nous retient  ,
et qui a trahit l’espoir, qui a trahit la promesse de partage ?
pour quoi avons nous trahi l’humain ?
5h00 de possible sommeil …
dors ! merde !

Le chant de l’Amour

Un livre de la bible fort intéressant, le cantique des cantiques
Ca ne parle que d’amour, rien que ça (c’est vrai )
Certains devraient s’en inspirer, de nos jours il faut certes l’étendre mais l’essentiel y est, le respect, l’égalité et les hauts sentiments , comme quoi, la religion réserve des surprises, et on ne peut qu’apprécier ce rappel, ce genre de pureté du coeur.
Et on ne peut que déplorer toute la violence au sein des couples de nos jours, quels que soient les motifs …

couple_by_epsilon3_artphoto

analyse des mots sur tout ce livre :

Clipboard bib2

heat_of_summer_by_fly10-d9fhkhe

—————

Cantique 4 (Song of Songs 4)

1  Que tu es belle, mon amie, que tu es belle! Tes yeux sont des colombes, Derrière ton voile. Tes cheveux sont comme un troupeau de chèvres, Suspendues aux flancs de la montagne de Galaad.

2  Tes dents sont comme un troupeau de brebis tondues, Qui remontent de l’abreuvoir; Toutes portent des jumeaux, Aucune d’elles n’est stérile.

3  Tes lèvres sont comme un fil cramoisi, Et ta bouche est charmante; Ta joue est comme une moitié de grenade, Derrière ton voile.

4  Ton cou est comme la tour de David, Bâtie pour être un arsenal; Mille boucliers y sont suspendus, Tous les boucliers des héros.

5  Tes deux seins sont comme deux faons, Comme les jumeaux d’une gazelle, Qui paissent au milieu des lis.

6  Avant que le jour se rafraîchisse, Et que les ombres fuient, J’irai à la montagne de la myrrhe Et à la colline de l’encens.

7  Tu es toute belle, mon amie, Et il n’y a point en toi de défaut.

8  Viens avec moi du Liban, ma fiancée, Viens avec moi du Liban! Regarde du sommet de l’Amana, Du sommet du Senir et de l’Hermon, Des tanières des lions, Des montagnes des léopards.

9  Tu me ravis le coeur, ma soeur, ma fiancée, Tu me ravis le coeur par l’un de tes regards, Par l’un des colliers de ton cou.

10  Que de charmes dans ton amour, ma soeur, ma fiancée! Comme ton amour vaut mieux que le vin, Et combien tes parfums sont plus suaves que tous les aromates!

11  Tes lèvres distillent le miel, ma fiancée; Il y a sous ta langue du miel et du lait, Et l’odeur de tes vêtements est comme l’odeur du Liban.

12  Tu es un jardin fermé, ma soeur, ma fiancée, Une source fermée, une fontaine scellée.

13  Tes jets forment un jardin, où sont des grenadiers, Avec les fruits les plus excellents, Les troënes avec le nard;

14  Le nard et le safran, le roseau aromatique et le cinnamome, Avec tous les arbres qui donnent l’encens; La myrrhe et l’aloès, Avec tous les principaux aromates;

15  Une fontaine des jardins, Une source d’eaux vives, Des ruisseaux du Liban.

16  Lève-toi, aquilon! viens, autan! Soufflez sur mon jardin, et que les parfums s’en exhalent! -Que mon bien-aimé entre dans son jardin, Et qu’il mange de ses fruits excellents!

——————–

image autour de la colombe :

Lire la suite

hard corps

lilith_by_janellemckain-d2nrml0

LE CHOEUR. Que tes pieds sont beaux dans tes sandales, fille de prince ! La courbure de tes reins est comme un collier, oeuvre d’un artiste.
Ton nombril est une coupe arrondie, où le vin aromatisé ne manque pas. Ton ventre est un monceau de froment, entouré de lis.
Tes deux seins sont comme deux faons, jumeaux d’une gazelle.
Ton cou est comme une tour d’ivoire ; tes yeux sont comme les piscines d’Hésébon, près de la porte de cette ville populeuse. Ton nez est comme la Tour du Liban, qui surveille le côté de Damas.
Ta tête est posée sur toi comme le Carmel, la chevelure de ta tête est comme la pourpre rouge ; un roi est enchaîné à ses boucles.
L’ÉPOUX. Que tu es belle, que tu es charmante, mon amour, au milieu des délices !
Ta taille ressemble au palmier, et tes seins à ses grappes.
J’ai dit : je monterai au palmier, j’en saisirai les régimes. Que tes seins soient comme les grappes de la vigne, le parfum de ton souffle comme celui des pommes,
et ton palais comme un vin exquis! L’ÉPOUSE. Qui coule aisément pour mon bien-aimé, qui glisse sur les lèvres de ceux qui s’endorment.
Je suis à mon bien-aimé, et c’est vers moi qu’il porte ses désirs.
Viens, mon bien-aimé, sortons dans les champs; passons la nuit dans les villages.
Dès le matin nous irons aux vignes, nous verrons si la vigne bourgeonne, si les bourgeons se sont ouverts, si les grenadiers sont en fleurs; là je te donnerai mon amour.
Les mandragores font sentir leur parfum, et nous avons à nos portes tous les meilleurs fruits; les nouveaux et aussi les vieux : mon bien-aimé, je les ai gardés pour toi.

La Bible Augustin Crampon 1923: Cantique des cantiques Chapitre 7

la bète

on le voit l’idiotie se cache en chaque être et le malin sait  utiliser la peur pour se mo5quer de l’Homme, l’homme est un loup pour l’homme et il est son propre tentateur vers l’obscurité et l’obscurantisme. l’intelligence du mal …

diable

 

La Bible Augustin Crampon 1923: Apocalypse Chapitre 13

Puis je vis monter de la mer une bête qui avait sept têtes et dix cornes, et sur ses cornes dix diadèmes, et sur ses têtes des noms de blasphème.
La bête que je vis ressemblait à un léopard; ses pieds étaient comme ceux d’un ours, et sa gueule comme une gueule de lion. Le dragon lui donna sa puissance, son trône et une grande autorité.
Une de ses têtes paraissait blessée à mort ; mais sa plaie mortelle fût guérie, et toute la terre, saisie d’admiration, suivit la bête,
et l’on adora le dragon, parce qu’il avait donné l’autorité à la bête, et l’on adora la bête, en disant :  » Qui est semblable à la bête, et qui peut combattre contre elle?  »
Et il lui fut donné une bouche proférant des paroles arrogantes et blasphématoires, et il lui fût donné pouvoir d’agir pendant quarante-deux mois.
Et elle ouvrit sa bouche pour proférer des blasphèmes contre Dieu, pour blasphémer son nom, son tabernacle et ceux qui habitent dans le ciel.
Et il lui fut donné de faire la guerre aux saints et de les vaincre; et il lui fût donné autorité sur toute tribu, tout peuple, toute langue et toute nafion.
Et tous les habitants de la terre l’adoreront, ceux dont le nom n’a pas été écrit dans le livre de vie de l’Agneau immolé, dès la fondation du monde.
Que celui qui a des oreilles entende !
si quelqu’un mène en captivité, il sera mené en captivité; si quelquun tue par l’épée, il faut qu’il soit tué par l’épée. C’est ici la patience et la foi des saints.\

liste_pactes-avec-le-diable_2166
Puis je vis monter de la terre une autre bête, qui avait deux cornes semblables à celles d’un agneau, et qui portait comme un dragon.
Elle exerçait toute la puissance de la première bête en sa présence, et elle amenait la terre et ses habitants à adorer la première bête, dont la plaie mortelle avait été guérie.
Elle opérait aussi de grands prodiges, jusqu’à faire descendre le feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes,
et elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu’il lui était donné d’opérer en présence de la bête, persuadant les habitants de la terre de dresser une image à la bête qui porte la blessure de l’épée et qui a repris vie.
Et il lui fut donné d’animer l’image de la bête, de façon à la faire parler et à faire tuer tous ceux qui n’adoreraient pas l’image de la bête.
Elle fit qu’à tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, on mit une marque sur la main droite ou sur le front,
et que nul ne pût acheter ou vendre, sil n’avait pas la marque du nom de la bête ou le nombre de son nom.
C’est ici la sagesse ! Que celui qui a de l’intelligence compte le nombre de la bête; car c’est un nombre d’homme et ce nombre est six cent soixante-six.

baphomet

 

style …

tumblr_inline_nd1y9lvapw1qfqmeg

style tu n’as plus envie de voir personne
style vendredi t’as vu trop de monde cette semaine
style le numérique tu lui dis merde
style la modernité de la technologie nous ont éloigné de l’essence de l’humanité
style t’es plus qu’un esclave des techniciens et des ingénieurs eux même esclaves du chiffre d’affaire et du capitalisme
consommer toute cette merde numérique
style le monde serait mieux sans cela
style c’est le plus grand des péchés que d’appuyer sur un bouton « on »
style microsoft, apple , google ,baidu, wiwey, orange, vodaphone,ericson samsung, fujitsu, IG Farben, dassault, etc … portent l’antéchrist et la fin du monde avec eux , ingénierie de la mort sous couvert de « dynamisme »
style personne ne se doute que des religions monotheistes sont mortes et remplacées par cette merde numérique
style l’individu est bouffé par l’angoisse alors il se rassure en se selfisant, en se mirant dans tout ce qui a une surface polie et réfléchissante car cet individu est pas sûr de son self et de son self contrôle, une façon de se contrôler pour savoir si il est toujours présent, mais ça fait longtemps qu’il a disparu ronger par des hotes et des parasites numériques et médiatiques
style il y a toute une génération de zombies qui glissent avec leur doigt dans le trou du cul de l’oubli
style il devrait y avoir une mega irruption solaire qui ferait disparaître toute forme d’électricité pour 10 générations …
style on était mieux au néolithique touts ces pauv cons d’humains qui devaient croire en une force supérieure pour survivre et se survivre,
style ils doivent se retourner dans leur tombe si ils voient ces déchets de l’humanité numérique

style réfléchir plus jamais, mais toujours se réfléchir transparent vide reflet
style les criminels dorénavant veulent tous passer à la télé et sont spécialistes de l’image , l’image angoissée de leur vie reflétant l’angoisse de ce monde si connecté et si déconnecté du vivant, de son histoire, de ses racines, pour perdre du temps dans du virtuel et des astuces technologiques pour gaspiller du temps de vie à se mirer dans les écrans noirs et sombre de la déchéance de la technologie cybernétique.
style c’est vendredi noir …

et style tu écris en numérique sur du support numérique

style t’es qu’un gros con , style tu devrais t’enfermer ce week end, seul , tout éteindre, seul dans le noir

style

alone in the dark …maxresdefault