mer souvenir mort

des romains ont extrait de la roche pour la construction de demeure, formant des bassins, à 7 ou 8 ans je les voyais grands et il y avait des crevettes et des bigornaux, aujourd’hui c’est petit, les crevettes ont disparu, les bigornaux aussi , le progrès , l’avancé du temps sur le rivage , ça grignotte et ça ravage, ça emporte, un rien, un tout, une fixation de la mémoire sur de l’inimportant, tout est perdu ? bof, à la dérive, le regard plonge au fond, ce qui n’est plus le même reste le même , un courant , un destin, un pénultième moment qui m’interroges, comme d’autres, là, sur cette cote copie d’autres cote et d’autres regards, la vague passe sans laisser de traces , qu’as tu emporté ?

Publicités

Partager: Solitude et destin CIORAN

Chacun porte son destin sans que personne d’autre ne puisse en assumer la responsabilité ; de même, on est seul dans la douleur, sans que personne d’autre ne puisse l’endosser à notre place. Celui qui s’est pris pour le rédempteur des hommes faisait plus que s’illusionner quand il croyait pouvoir racheter leurs péchés ou se charger de leurs souffrances. Sommes-nous plus heureux aujourd’hui parce qu’il s’est sacrifié pour nous ? Le salut ? Mais le salut est une illusion, une impossibilité. La conception chrétienne de la douleur est pleine d’illusions, car souffrir pour les souffrances du monde est aussi inefficace que se réjouir pour les joies du monde. Le christianisme n’a pas compris ceci : on ne peut pas souffrir à la place d’un autre et il est inutile d’essayer de tirer l’homme de la solitude de la douleur.

(Moon+ Reader v3.0, Solitude et destin) CIORAN
—————
C’est vrai quoi …
Pour contrer CIORAN il faudrait lui opposer Levinas mais j’en ai pas sous la main, le face à face à l’autre, le visage, la souffrance et l’ autre, etc…
Pour que le salut il aurait fallu que l’humanité partage et soi au plus près de l’autre, mais un fossé sans fond partage les humains entre chaque humains quand bien même, la compassion serait notre religion à tous …

Préserve

Où es-tu arrivé? Que faut il préserver ? Malgré la houle et les tempêtes, mais tout est si fragile, du sable dans la main, tu n’es que la journée, tu suis la course du soleil et le hasard de la nuit, qui donnerait la main ou la liberté à l’autre, si peu oserais faire ce geste dans nos sociétés si compartimentée  et cloisonnée et l’espèce humaine conserve encore tant de sauvagerie dans des environnements si perturbés et géré par les seigneurs du pouvoir, alors ? Tu es juge de ce que tu dois conservé depuis le début de ton voyage et penser au jour qui se lève